Théâtre - Une heure avant la mort de mon frère

La pièce commence dans la pénombre.
Martin est allongé sur un banc et songe à haute voix. Ce soir, il sera pendu pour meurtre.
Il a demandé à voir sa sœur Sally avant de mourir, elle ne l'a pas contacté depuis son emprisonnement et pourtant elle est venue.

La pièce commence lentement, les personnages se posent, se cherchent.

L'atmosphère est lourde et oppressante. Pas seulement parce qu'il s'agit ici de la dernière heure d'un homme mais parce que derrière ces années d'emprisonnement les rancoeurs entre le frère et la sœur sont toujours à vif.

Chacun est tour à tour la proie et le chasseur. Cherchant la fêlure, la faille, le pourquoi d'une blessure qui nous échappe encore.

Mise en scène des souvenirs. La pièce nous projette 5 ans, 10 ans, 15 ans en arrière. Martin et Sally se déchirent en prenant leurs petits arrangement avec la vérité.

Moment fort que cette pièce de théâtre, la tension à la fin de la pièce est palpable.
Chapeau bas aux acteurs qui vivent à fond leur rôle. Ici, l'émotion n'est pas feinte.

Difficile d'en sortir le coeur léger, certes. Mais c'est une très belle adaptation de l'oeuvre de Daniel Keene qui mérite d'être vue.

Commentaires

Soyez le premier à réagir sur cet article

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.